radiateur chauffage transition énergétique

Transition énergétique chauffage

Représentant un poste de dépense important pour tous les ménages, le chauffage domestique peut être modernisé pour être vecteur d’économies et contribuer à la transition énergétique. L’installation dans votre logement est vieillissante et vous souhaitez la renouveler ? À l’inverse, vous avez un projet de construction neuve et vous vous demandez quel est le mode de chauffage qui peut être le plus efficace ? Différentes solutions s’offrent à vous, notamment grâce aux primes à la transition énergétique. Voici nos conseils.

Faire évoluer votre chauffage pour contribuer à la transition énergétique

Il existe de nombreux types de systèmes de chauffage. Du chauffage central collectif en immeuble au chauffage individuel qui peut être électrique, à gaz ou encore au fioul en maison, cette hétérogénéité des solutions de chauffage nécessite une approche sur-mesure. Quelle est votre problématique au sujet de la transition énergétique et du chauffage ?

Nous balayons ci-dessous plusieurs cas de figure. Nous vous donnons des conseils si vous souhaitez installer ou remplacer une chaudière. Vous trouverez également des recommandations pour installer ou remplacer une pompe à chaleur (PAC) ou encore un système de chauffage d’appoint. Enfin, vous trouverez aussi un guide à propos des systèmes de contrôle du chauffage.

Transition énergétique chauffage : installer ou remplacer une chaudière

Toutes les chaudières ne proposent pas les mêmes performances et n’ont pas le même impact tant sur le plan économique qu’écologique. Lorsque cela est possible, il est recommandé de préférer une solution qui utilise des énergies renouvelables. C’est le cas par exemple d’une chaudière à granulés de bois.

Mais d’autres installations sont accessibles notamment selon les raccordements dont bénéficie votre logement. Vous pouvez par exemple choisir une chaudière gaz à basse température ou une chaudière gaz à condensation : des solutions économiques.

De manière générale, les chaudières au fioul (à condensation ou basse température) sont à éviter. À partir du 1er janvier 2022, elles ne seront d’ailleurs plus autorisées dans les constructions neuves.

  • Chaudière fioul à condensation : récupérant l’énergie produite lors de la combustion du fioul pour alimenter en eau chaude le circuit de chauffage, une chaudière fioul à condensation est plus efficace qu’une chaudière fioul classique. En réduisant l’utilisation de combustibles, elle réduit aussi la pollution.
  • Chaudière à granulés de bois : les granulés de bois (appelés aussi pellets) peuvent alimenter en chaleur un système de plancher chauffant lors de leur combustion. Ce sont les calories issues de la combustion qui seront alors transférés dans l’eau comme cela est le cas avec une chaudière à gaz ou une chaudière au fioul. Il s’agit d’une source d’énergie écologique, en partant du principe que la combustion émet du dioxyde de carbone mais que celui-ci est capturé par les arbres et les forêts… ce qui entraine une « neutralité ».
  • Chaudière gaz basse température : en envoyant une eau moins chaude dans votre système de chauffage (toujours inférieure à 50 °C contre 90 °C dans un système classique), la chaudière gaz basse température vous permet de diminuer de 12 à 15 % votre consommation d’énergie.
  • Chaudière fioul basse température : avec un excellent taux de rendement et en parvenant à chauffer l’eau de votre réseau de chauffage à des températures inférieures à celles des chaudières fioul classiques, la chaudière fioul basse température est une solution plus économique. Bémol principal, vous devez disposer de radiateurs adaptés. Tous les émetteurs ne sont pas compatibles avec cette basse température.
  • Chaudière gaz à condensation : adaptée à un grand nombre de logements, cette solution peut parfois permettre de produire plus d’énergie que nécessaire ! Les économies en gaz naturel en comparaison avec une chaudière à gaz classique sont de l’ordre de 15 à 20 % et même 30 % ou plus pour des modèles âgés de plus de 20 ans.
  • Transition énergétique chauffage : installer ou remplacer une pompe à chaleur

    Une pompe à chaleur (géothermique, air-air ou air-eau) peut vous aider à disposer d’un système de chauffage économique et écologique.

  • Pompe à chaleur géothermique : c’est l’énergie du sol qui est puisée puis transmise à un liquide caloporteur qui circule ensuite dans votre système de chauffage. Une solution très économe et durable pour alimenter notamment un plancher chauffant et produire de l’eau chaude sanitaire. Mais attention. Avant de vous lancer, vous devez prendre en compte de nombreux éléments : votre terrain est-il adapté pour poser des capteurs et pouvez-vous exploiter le sol pour votre chauffage ? Une étude complète est indispensable.
  • Pompe à chaleur air-air : cette PAC va produire de l’air chaud qui est ensuite soufflé dans le logement. Cette ventilation qui utilise les calories naturellement présentes dans l’air convient totalement pour votre logement si vous vous situez dans une région avec un climat relativement doux. Mais attention aux limites de ce système de pompe à chaleur air-air. Impossible d’y coupler la production d’eau chaude sanitaire. Surtout, parfois, un chauffage d’appoint peut s’avérer nécessaire par grand froid.
  • Pompe à chaleur air-eau : vous pouvez alimenter votre système de chauffage (radiateurs ou plancher chauffant) à l’aide d’une eau chauffée par les calories puisées dans l’air extérieur. Une pompe à chaleur air-eau (qu’elle soit basse ou haute température) s’adapte à tous types d’émetteurs. Une solution idéale en éco-rénovation.

  • En transférant l’énergie thermique captée dans l’air ou dans le sol, une PAC transforme votre logement pour le rendre plus propre et moins polluant.

    Transition énergétique chauffage : installer ou remplacer un chauffage d’appoint

    Disposer d’un chauffage d’appoint n’est pas synonyme de surconsommation ! Au contraire, l’appoint est parfois plus économique qu’il n’y paraît en venant accompagner un système de chauffage central lorsque les conditions l’imposent.

    Vous pouvez choisir un poêle à granulés de bois, un insert pour votre cheminée pour disposer d’un foyer fermé, ou encore vous tourner vers une solution plus traditionnelle : le poêle à bûche.

  • Poêle à granulés de bois : avec un excellent rendement, les pellets permettent de disposer d’une solution de chauffage d’appoint autonome pendant plusieurs jours avec un réglage et une programmation fine. L’installation est facile et le combustible bois est économique !
  • Insert pour cheminée : l’utiliser comme chauffage d’appoint est une solution pleine d’ingéniosité. La chaleur produite par la combustion du bois est récupérée au maximum et vous pouvez réduire la consommation des autres énergies dans votre logement (comme le fioul, le gaz ou l’électricité).
  • Poêle à bûches : simple mais efficace, voilà comment on peut définir le poêle à bûches. Avec des modèles souvent esthétiques jouant sur les codes traditionnels, le chauffage au bois dispense un certain confort pour les occupants. Vous pouvez chauffer un espace important (pièce de vie) uniquement avec le bois que vous stockez. Très économique.
  • Transition énergétique chauffage : choisir un système de contrôle du chauffage

    Pour atteindre des performances optimales, nos logements ne doivent pas seulement disposer d’un chauffage économique. C’est aussi la gestion de ce chauffage via un programmateur qui importe. Il existe à ce sujet plusieurs grands types d’appareils qui peuvent vous donner la main sur votre système de chauffage pour le contrôler dans les moindres détails.

  • Le programmateur de chauffage : cette solution centralisée permet de contrôler la température désirée dans un logement. Vous pouvez notamment adapter celle-ci selon vos périodes de présence et d’absence. Toutes les installations de chauffage peuvent être couplées à un programmateur. Utile pour réaliser des économies d’énergie rapidement en régulant précisément l’utilisation de votre chauffage.
  • Les robinets thermostatiques : généralisés sur de nombreux radiateurs, les robinets thermostatiques captent la température d’une pièce et adaptent le débit d’eau chaude en fonction de la température de consigne souhaitée. Il s’agit d’un équipement bon marché.
  • La régulation par sonde de température : pour optimiser vos besoins en chauffage mais aussi en eau chaude sanitaire, une sonde de température coordonne la température de l’eau délivrée avec celle de l’air extérieur. L’objectif est de limiter les déperditions en maintenant un confort thermique à l’intérieur. Vous évitez les écarts thermiques trop forts, souvent présents sur les installations vieillissantes.


  • Les autres aides et primes à la transition énergétique :

    Commentaires récents

      Catégories