L’écosystème Green Tech, innover pour la transition énergétique
Eco système green tech

L’écosystème Green Tech, innover pour la transition énergétique

Le mouvement de la Green Tech est apparu assez récemment, dans les années 2000 avec le Groupe Clean Tech aux États-Unis. Désormais, l’essor de cet écosystème d’entreprises est particulièrement fort et le marché est dominé par la France et l’Europe. Aujourd’hui plus que jamais, du fait des nombreux enjeux associés à la transition énergétique et l’écologie, ce mouvement tient une place prépondérante à l’échelle nationale. Qu’est-ce que la Green Tech et comment cet écosystème œuvre-t-il pour un modèle plus durable ? Vue d’ensemble.

La Green Tech, c’est quoi ?

La Green Tech regroupe un ensemble de start-ups aux solutions innovantes et à l’impact environnemental positif, tous secteurs et toutes industries confondus. En cela, la Green Tech se différencie par exemple de la Prop Tech, un écosystème de start-ups innovantes ayant pour vocation de favoriser la mutation digitale des acteurs de l’immobilier/habitat, ou encore de la FinTech (start-ups innovantes en matière de services financiers).

Les entreprises de la Green Tech ambitionnent de générer un mix entre modèle éco-responsable et potentiel de croissance durable. A ce titre, les phases de conception et de production sont notamment repensées pour utiliser moins de ressources et générer moins de pollution.

Appuyer la transition énergétique : l’initiative Green Tech Verte

L’initiative Green Tech Verte (Innovation) a été lancée en 2016 dans le but de soutenir ces entreprises et de développer de nouveaux services/usages à l’échelle territoriale. A l’heure actuelle, cette communauté regroupe environ 170 membres (start-ups et PME), rassemblés depuis 4 ans autour de la transition énergétique. La plupart de ces entreprises sont situées en Ile-de-France, suivi par l’Occitanie. Quant aux secteurs d’activité, celles-ci œuvrent principalement en faveur de l’économie circulaire, de la mobilité durable et des bâtiments durables. Enfin, 84% d’entre elles vendent en BtoB.

Difficile de quantifier avec précision le poids de l’écosystème Green Tech Verte, mais on peut cependant avancer que 42% des entreprises labellisées Green Tech Innovation ont généré entre 100.000 et 1 millions d’euros de chiffre d’affaires sur l’année 2019.

Caractéristiques et atouts d’une labellisation Green Tech Verte

Pour faire partie de la communauté de la Green Tech Verte, les entreprises sont amenées à répondre à un appel à manifestation d’intérêt en fonction de leur taille.

  • Green Tech Innovation amorçage (start-ups ou entreprises de moins de 4 ans)
  • Green Tech innovation accélération (PME)

A travers cette labellisation, les entreprises innovantes bénéficient d’une visibilité propice au développement de leur activité, mais également de :

  • Possibilités de networking élargies du fait d’un réseau dense d’acteurs : écoles ingénieurs, IGN, ADEME, grands groupes et pôles de compétitivité, autres start-ups de la Green Tech et de la French Tech…
  • D’une boîte à outils digitalisée,
  • De données précises sur leur secteur et de ressources scientifiques et techniques pour les besoins de développement de leur projet,

Enfin, la Green Tech Verte dispose d’un réseau national d’incubateurs Green Tech avec plus de 27 membres. Celui-ci est constitué de différentes typologies d’acteurs : technopôles, pépinières d’entreprise, grandes écoles…

Investir dans les start-ups de la Green Tech : un impératif pour la transition énergétique ?

Concevoir et déployer des solutions innovantes à impact environnemental positif nécessite un certain nombre de capitaux, tant en phase d’amorçage que de développement. Les fonds proviennent d’une multitude de sources. L’Etat, majoritairement, mais également des fonds tels que la Digital Venture ou le Fonds Demeter, lequel intervient en capital innovation, capital croissance et infrastructure. Ce dernier investit entre 1 et 30 millions pour le développement d’entreprises à potentiel.

Un renforcement du soutien aux Green Tech en 2021

2021 marque le lancement de la nouvelle feuille de route interministérielle Numérique et Environnement. Celle-ci prévoit de renforcer le soutien de l’Etat à l’écosystème de la Green Tech et aux innovations responsables, via un fonds d’aide de 300 millions d’euros.

La Green Tech fera également l’objet d’un soutien à travers le 4ème programme d’investissement d’avenir (PIA4), annoncé le 8 janvier 2021 par Jean Castex. Ce programme suit la même logique d’intervention que les trois premiers programmes et a pour but de soutenir le déploiement et la croissance de programmes prioritaires de recherche, notamment.

Commentaires récents

    Catégories